Littérature et inconscient

Il me disait que dans la plupart des pièces de Shakespeare, il y a toujours au moins un fou et que, dans leur folie, non seulement ces personnages vous disent qui ils sont, mais ils énoncent des vérités fondamentales. Il disait que l’analyse fait partie de la culture littéraire, mais la littérature est bien plus vaste que l’analyse et l’engloutit comme la baleine le menu fretin. Tout grand artiste a une connaissance intime de l’existence de l’inconscient, qui n’a pas été découvert par Freud dans la mesure où celui-ci en a simplement mis au point la carte.

Hanif Kureihi, Quelque chose à te dire, chez Christian Bourgeois. 

Psychanalyse et liberté

« Pour lui, comme pour les autres psys tendance baba, une analyse n’était pas faite pour transformer les gens en conformistes respectables mais pour les laisser être aussi fous qu’ils le souhaitent, vivant pleinement et assumant leurs conflits – même au prix de plus grandes souffrances – sans s’autodétruire. Je l’ai compris assez vite, quand il a cité Pascal : « Les hommes sont si nécessairement fous que ce serait être fou que de ne pas être fou ».« 

Hanif Kureihi, Quelque chose à te dire, chez Christian Bourgeois. 
Récupéré dans une boîte à livres de la rue Caulaincourt, dans le XVIIIe arrondissement de Paris.